Confessions d’un CIO à sa première Conférence CANHEIT

Publié le vendredi 3 août 2018

Le 19 juillet, Martin Bernier, dirigeant principal de l’information, a fait le bilan au personnel TI sur ce qu’il avait appris à la Conférence 2018 des leaders TI d’universités canadiennes. Une trentaine de personnes ont participé à cette séance tenue dans le nouveau Carrefour des apprentissages. Une deuxième séance est déjà prévue pour permettre aux autres de bénéficier des apprentissages de Martin.

This image shows uOttawa employees in a meeting in a classroom

Attentifs à la séance de compte-rendu.

La Conférence CANHEIT-TECC 2018 s’est tenue à Simon Fraser University du 18 au 21 juin 2018 dans la jolie province de Colombie-Britannique, accueillant plus de 600 participants. Cette conférence est la plus importante réunion des dirigeants et spécialistes TI d’universités canadiennes. Elle offre un forum pour apprendre les dernières nouvelles en matière de bonnes pratiques ainsi que les occasions et les défis dans le domaine des technologies dans l’enseignement supérieur.

Le thème de cette année était « un regard au-dessus du nuage » (« Peak Above the Cloud ») et couvrait des sujets comme la sécurité, la réussite scolaire, la direction et les partenariats, les données, le personnel et les tendances en technologie. Étant donné l’abondance de renseignements fournis à cette conférence, Martin a tenu un déjeuner-conférence avec les employés TI pour en discuter. Notre CIO fût panéliste à cette conférence avec d’autres dirigeants principaux des universités de Toronto, Windsor, McMaster et de Emily Carr University of Art and Design. Ils ont tous parlé sur le thème « Argh! Dans quelle galère je me suis embarqué! Confessions d’un nouveau CIO » (« Yikes - what did I get myself into? Confessions of a new CIO »).

This image shows uOttawa’s CIO accompanied by two men and two women, all smiling

Le panel de novices

 

Chaque panéliste a présenté ses idées sur son rôle de dirigeant principal dans une nouvelle organisation et a répondu à cinq questions. Voici les faits saillants de la présentation de Martin :

1: Qu’avez-vous considéré comme le plus grand défi avant de prendre vos fonctions?

Martin avait prévu que la culture de l’Université serait l’un de ses plus grands défis bien qu’il ait travaillé dans des organisations menant des activités liées à la recherche.

 

2. Une fois dans le poste, quel a été votre plus grand défi?

This image shows Martin Bernier, sitting down, explaining something using his hands

Martin met l’accent sur les défis qu’on peut également considérer comme des occasions.

Une fois à l’Université, il comprit vite que la gestion de son calendrier serait un problème. Tant de gens voulaient lui parler et il y avait beaucoup de personnes qu’il voulait rencontrer lui aussi! La gestion des attentes fut le deuxième gros défi.

 

3. Qu’avez-vous fait durant vos premiers 90 jours (180 jours)?

Il établissait des liens avec les gens. Il tenait des réunions avec son équipe pour en apprendre davantage à leur sujet; des réunions avec le personnel des facultés et des services. De plus, les intervenants externes étaient importants eux aussi. Compte tenu de son calendrier chargé, à qui donner priorité pour établir rapidement des relations plus étroites? Martin allouait son temps durant cette période à développer des collaborations et des partenariats. À son avis, tout commence en nouant des relations de confiance. Il passa donc beaucoup de temps à apprendre sur les processus et les opérations de l’Université; les universités sont certainement différentes par rapport à d’autres entités publiques et privées.

 

4. Étapes suivantes

Martin se concentre désormais sur la planification stratégique, la gouvernance des technologies de l’information, le renforcement des collaborations et des partenariats, et l’amélioration de la communication.

 

5. Si vous pouviez donner un SEUL conseil à quelqu’un de nouveau dans un rôle de leader, quel serait-il?

La perle de sagesse de Martin est de « faire confiance à ses collègues. » En fait, le service des technologies de l’information gère toutes sortes de choses telles que les matériels, les ressources, les projets, etc., mais à la fin de la journée, ce sont les gens qui font la différence.

 

This image shows uOttawa employees smiling and talking

Les représentants des facultés et services s’intéressent eux aussi à la séance de compte-rendu.

Martin a participé à bon nombre de séances à la conférence. Il a mentionné quelques sujets tels que l’importance de la mobilisation des clients pour l’atteinte des objectifs organisationnels, le rapprochement entre le bureau de recherche et le service central des technologies de l’information, la réussite des projets grâce à la collaboration, l’étalonnage de la sécurité, les projets Office 365, les identités fédérées à des fins de recherche, la transformation de la relation des TI avec les clients, et l’amélioration de l’expérience étudiante.

Martin s’est rendu compte que la plupart des universités font la même chose quoiqu’à un rythme différent. Mais pourquoi elles ne travaillent pas de concert pour tirer parti de leurs compétences et faire accélérer leurs initiatives?

Martin a davantage réfléchi à la sécurité: elle devrait être jugée comme une culture comprenant les façons dont les gens pensent et agissent et non comme un obstacle. Ils ont partagé des idées sur l’engagement qui fait fonctionner les choses et sur le besoin de continuer à améliorer l’expérience utilisateur. Pour évaluer comment tous les membres des TI des universités pourraient mieux travailler ensemble, il est évident que si nous exploitons mieux les compétences collectives et l’expérience de chacun, nous serions plus forts ensemble que séparés. Il faut améliorer davantage tous ces aspects.

This image shows uOttawa CIO and employees in a classroom looking at two screens

Un déjeuner bien dépensé à apprendre ce qu’ils font dans d’autres universités.

Selon le compte-rendu que Martin a donné au personnel le 19 juillet, nous avons formulé une nouvelle série de confessions à accompagner celles partagées lors de la conférence.

This image shows an uOttawa employee, smiling, sitting in front of a window

Le groupe rit entendant les expériences de Martin!

 

La première confession du CIO : Il s’est égaré en essayant de trouver le bureau d’inscription bien qu’il soit arrivé en taxi aux portes de l’Université. Il lui a fallu 3 ou 4 tours autour du campus pour trouver son bâtiment.

Et... il s’avère que le dimanche n’est pas une bonne journée pour manger à un restaurant. Martin a avoué qu’il avait heureusement trouvé une banane et des collations, car tous les restaurants proches étaient fermés! Et, quand il a finalement trouvé un restaurant ouvrant à 17 h, ils lui ont dit qu’il n’avait pas une réservation donc il était possible qu’ils ne puissent pas le servir!

 

 

This image shows a sign indicating the beginning of a trail

Ils plaisantent quand ils disent 500... n’est-ce pas?

 

 

La deuxième confession du CIO : Il ne croyait pas les signes... et il a appris à le regretter.

Il a visité le campus et trouvé un grand sentier. Quoi de mieux pour passer un peu de temps que d’être en pleine nature? Le signe indiquait qu’il y avait 500 marches. Mais, pensait-il, est-il vraiment si long ou c’est juste une expression? Eh bien, 400 marches plus tard et pas encore à la fin du sentier, affamé et fatigué, Martin se rendait compte que cela était totalement vrai et donc il reprit le chemin du retour vers le campus.

 

 

 

 

 

This image shows a sunny student room with a bed and a desk

Revivre la bonne vieille vie étudiante en résidence!

 

La troisième confession du CIO : Cela faisait longtemps qu’il avait vécu la vie étudiante... et des ajustements furent nécessaires.

La vie sur le campus, participer aux séances et vivre dans une résidence pour plusieurs journées. Martin rit un peu en revivant son expérience dans une chambre étouffante (les jours de la conférence étaient très ensoleillés) qu’il partageait avec trois colocataires! Heureusement, ils étaient formidables, mais il admit qu’il ne pouvait pas se forcer à travailler sur son ordinateur portable lorsqu’il faisait 30 degrés Celsius la nuit.

 

 

 

This image shows Martin Bernier talking to uOttawa employees next to a giant screen

Inspiré de son expérience positive, Martin vous encourage tous à envisager de participer à CANHEIT.

La conclusion de Martin? Dans l’ensemble, CANHEIT est un évènement mémorable et fascinant réunissant beaucoup de gens bien qualifiés. On y fait part de bon nombre d’expériences que nous pourrions utiliser pour faire avancer nos propres projets. Participer à cette conférence en vaut le coût !

Pour ceux qui souhaitent en apprendre davantage sur la conférence, les points saillants sont disponibles sur le site Web de CANHEIT-TECC 2018 .

Souhaitez-vous y participer l’année prochaine? Beaucoup d’universités veulent que les participants aux conférences CANHEIT y donnent une présentation. Il faudra donc commencer à y penser dès maintenant! CANHEIT 2019 se tiendra du 18 au 21 juin 2019 à l’Université de Winnipeg. Jetez un coup d’œil à leur invitation!

 

Haut de page