Le pourriel

De quoi s'agit-il?

Donc, vous avez reçu une publicité sur une combine pour devenir riche en peu de temps, sur un savon qui fait maigrir, sur un parfum qui rendra ces dames folles de vous, sur des pointers qui renvoient à un site pour adultes, etc. Bienvenue sur Internet. Ce genre d'arrosage publicitaire devient de plus en plus courant.

En fait, pour être précis, cela s'appelle le pollupostage. Mais la plupart des gens appellent cela le pourriel. Techniquement parlant, le pourriel désigne les envois multiples de messages à un grand nombre de forums USENET. Le mot pourriel se prononce plus facilement que le mot pollupostage, qui est pourtant plus correct, mais vous allons suivre la tendance et appeler cela le pourriel.

Pourquoi on vous l'envoie?

Internet offre la possibilité de rejoindre un très grand nombre de personnes. Et ce, à un coût très modique. Pour cette raison, les paradigmes de ma commercialisation peuvent changer. Par le passé, la devise préférée des gens d'affaires était « le client a toujours raison ». Vu qu'Internet permet de rejoindre des millions de personnes, maintenant, les gens se disent « je me fiche de savoir si j'importune 99,99 % de mes clients potentiels. En fait, 0,01 % de quelques millions, ça me suffit amplement! ».

Bien entendu, cette attitude en dit long sur l'intégrité de l'entreprise qui vend ses produits.

Prenons un exemple. J'ai récemment reçu un pourriel d'une entreprise du nom de TriLink (dont l'adresse est une boîte postale). Elle voulait me vendre un savon révolutionnaire qui dissout les graisses et qui fait donc maigrir les gens pendant qu'ils sont sous la douche. Le message contenait même une mise en garde pour les gens maigres, disant qu'ils ne devraient pas s'en servir, de peur de s'auto-dissoudre! Ce savon se vendait par paquets de 3, pour la somme de 24 $US + 4,95 $ pour le transport et la manutention.

Bon, la plupart des gens se disent « Mais qui donc serait assez stupide pour tomber dans le panneau? ». Eh bien, au bout du compte, vous seriez surpris! Admettons que 99,999 % des gens soient trop intelligents pour avaler cela. Il n'en demeure pas moins que 0,001 % des gens mordront à l'hameçon. Admettons que le message soit envoyé à 2 millions de personnes. Ça ferait donc 20 personnes qui débourseraient 30 $US, pour un bénéfice total de 600 $. Un peu moins si l'expéditeur décide effectivement de leur envoyer leur savon. C'est pas mal si on pense que c'est l'ordinateur qui a fait tout le travail!

Avec des pourriel plus crédibles, la somme récoltée peut être plus rondelette. Un gars qui vend la recette du « meilleur chili au monde » pourrait avoir 1 personne sur 1 000 qui commande sa recette à 5 $, ce qui lui rapporterait 10 000 $ de commandes s'il envoyait son message à 2 millions de personnes.

Est-ce que le pourriel revient cher?

Non. Pas pour celui qui l'expédie. La plupart des abonnements à Internet coûtent entre 20 et 25 $ par mois. Avec un logiciel approprié, la capacité d'envoyer des pourriel peut être gonflée à bloc et atteindre 100 000 par heure avec une ligne d'accès commuté. Les 50 heures gratuites offertes par AOL ont fait pulluler les pourriel avant qu'AOL ne resserre la vis. En fait, un logiciel spécial a été mis au point pour s'inscrire automatiquement et envoyer des pourriel. À cette époque, AOL ne validait pas les cartes de crédit avant une journée, au moins, ce qui donnait amplement le temps d'envoyer des tonnes de pourriel.

C'est le destinateur du pourriel qui débourse la plupart des frais. Cela prend de l'espace sur son disque. Cela lui fait perdre son temps. Bien entendu, il ne s'agit que d'une fraction de cent par utilisateur, mais la facture global est très salée.

Il existe ou existait deux autres types de pourriel pour lesquels c'est l'utilisateur qui paye. Avec les fac-similés non sollicités, c'est l'utilisateur qui doit payer le papier sur lequel ils sont imprimés. Sans parler du fait qu'ils empêchent sa machine de recevoir d'autres importants documents pendant ce temps-là. Une nouvelle forme de pourriel consiste à laisser des messages sur votre répondeur, tard en soirée, lorsque la personne s'attend à ne trouver personne.

La technologie, dont l'intention est d'informer les gens plus facilement, est utilisée de manière abusive. Est-ce que vous accepteriez une publicité-rebut grevée de port dû?

L'Université gaspille au moins plusieurs milliers de dollars chaque année en espace disque et en largeur de bande pour envoyer ces messages. Le temps perdu par les personnes qui nettoient avant et après s'élève à bien plus encore.

Le réseau de soutien des pourriels - une affaire à part entière

Vous avez donc vu comment les polluposteurs peuvent faire leur beurre.
Il existe également un secteur connexe en pleine expansion : leur réseau de soutien. Certaines entreprises sont créées spécialement pour amasser et vendre des adresses électroniques. Vous pouvez même acheter un CD-ROM contenant 10 millions d'adresses électroniques, pour la somme de 50 $. Certaines entreprises sont plus sélectives et vendent uniquement les « bonnes » adresses. D'autres entreprises vous vendront les adresses de personnes ayant des intérêts précis.

En plus de ces compagnies qui vendent des adresses, il existe également des entreprises qui vendent des logiciels qui enverront vos courriels plus rapidement. Il s'agit de logiciels qui falsifient votre adresse afin que les gens puissent vous recontacter. Des logiciels qui relaieront votre propre logiciel au travers de sites étrangers, afin que les poursuites juridiques soient difficiles, voire impossibles.

Pourquoi est-ce que c'est mauvais?

À court terme, c'est un gâchis de temps et de ressources. Ça peut insulter les gens. Même si je sais que ça ne m'est pas personnellement adressé, je me sens insulté lorsque je reçois un pourriel pornographique qui commence par « Nous vous envoyons ce message car nous savons qu'il vous intéressera ».

Toutefois, à long terme, les répercussions sont beaucoup plus sérieuses. Cela fait baisser la valeur du courriel. Tout comme on peut mesurer la qualité des messages à la radio et à la télé en termes de rapport signal/bruit, on peut mesurer la valeur du courriel de la même façon. Le pourriel, c'est comme du bruit, tandis que le courriel utile, c'est comme un signal. Quand le rapport bruit/signal est trop bas, ça ne vaut plus la peine de regarder la télé ou d'écouter la radio. Parallèlement, lorsqu'on commence à recevoir plus de pourriel que d'autres messages, le courriel cesse d'être un outil utile.

Est-ce que c'est légal?

Est-ce que c'est légal d'envoyer un courriel à quelqu'un? Si on devait demander la permission avant d'envoyer un courriel, ça ne servirait plus à grand chose. Il n'existe aucune loi (sauf en Californie) pour empêcher quelqu'un d'envoyer un pourriel. Dans le fond, la Californie a légalisé l'envoi de pourriel. « La loi stipule que, si vous voulez envoyer un pourriel, vous devez... »

Imaginez un endroit où l'envoi de pourriel serait illégal. Si vous êtes un polluposteur, tout ce qu'il vous suffit de faire, c'est de vous brancher à un site qui se situe dans un endroit où l'envoi de pourriel est légal et de vous en donner à cœur joie.

Ce n'est pas illégal, mais...

Donc, ce n'est pas illégal, mais tout de même, à part les polluposteurs, les gens n'aiment pas ça. La plupart des fournisseurs d'accès Internet annuleront votre compte si vous vous en servez pour envoyer des pourriel. Un grand nombre de destinataires de pourriel bombarderont aussi l'expéditeur, ce qui rendra leur compte Internet inutile.

Pour toutes ces raisons, la plupart des polluposteurs trouvent (craquent) des ordinateurs à distance qui relaieront leurs courriels. En fait, ils envoient à cet ordinateur une copie du courriel contenant des adresses falsifiées et une liste d'utilisateurs, puis ils se débranchent pendant que l'ordinateur à distance s'emballe et envoie des milliers de courriels.

Ce qu'on peut faire

On essaye de bloquer les pourriel. Il s'agit d'une guerre constante entre les polluposteurs et ceux qui essayent de les bloquer. Chaque fois que l'on trouve une nouvelle façon de bloquer les pourriel, les polluposteurs s'y prennent autrement. Par exemple...

Quand les logiciels de courriel ont commencé à rejeter les messages provenant de sites connus, les polluposteurs ont commencé à passer par des relais qui étaient des sites tierces qui n'y étaient pour rien.

Lorsque les logiciels de courriel imposent des limites sur le nombre de messages que les utilisateurs peuvent envoyer, au lieu d'utiliser une machine pour envoyer leur pourriel à mille utilisateurs, les polluposteurs utiliseront 50 machines qui enverront chacune le pourriel à 20 utilisateurs. Qui plus est, les listes sont triées afin que tous les messages allant vers un seul site ne soient pas envoyés en un seul lot, mais plutôt par bribes, en l'espace de deux jours.

Quand les logiciels de courriel ont commencé à rejeter les messages qui avaient des adresses de retour invalides, les polluposteurs ont commencé à se servir d'adresses valides de sites notoires.

Si les polluposteurs utilisaient une adresse HOTMAIL pour envoyer leurs pourriel, leur compte était annulé parce que leur boîte aux lettres était inondée. Maintenant, ils utilisent une centaine d'adresses hotmail et changent l'adresse de retour pour chaque envoi.

Certains sites disposent d'un logiciel de courriel qui autorise seulement l'utilisateur à recevoir des messages provenant d'expéditeurs inscrits sur une liste. Bon nombre de polluposteurs vont contourner l'obstacle en inscrivant votre propre adresse (ou celle de quelqu'un d'autre sur votre site) sur la ligne de l'expéditeur.

Par le passé, les pirates informatiques pénétraient illicitement dans le compte d'un étudiant universitaire « pour s'amuser et pour le sport ». Maintenant, un compte forcé peut servir à envoyer un million de pourriel et éventuellement rapporter de l'argent aux pirates.

Comment se procurent-ils mon adresse?

J'ai une adresse que je n'ai pas utilisée depuis 7 ans. D'une façon ou d'une autre, cette adresse collectionne les pourriel. Elle fait sûrement partie d'un CD-ROM d'adresses. J'ai annulé mon compte, puis je l'ai réactivé plusieurs mois plus tard. J'ai alors reçu des pourriel dans les heures qui ont suivi. Cela indique qu'une fois que votre adresse fait partie d'un CD-ROM, votre compte est « inutile ». Admettons qu'il y ait un compte rogert@uOttawa.ca, dont le propriétaire s'appelle Roger Tremblay. Ce compte fait partie d'une liste et il reçoit constamment des pourriel. Roger quitte l'Université et son compte est désactivé. Plusieurs années plus tard, un certain Roger Trudeau est embauché à l'Université et son compte est rogert@uOttawa.ca. Dès que ce compte est ouvert, il commence à recevoir des pourriel. Frustrant, non?

Nouvelles USENET est un excellent point de départ pour les chasseurs d'adresses. Un article soumis à un forum de discussion USENET leur indique deux choses. Tour d'abord, ça leur donne votre adresse électronique, et ensuite, le sujet du groupe de discussion auquel vous envoyez votre article les informe sur ce qui vous intéresse. Cette adresse peut donc valoir plus.

Par le passé, lorsque les gens se faisaient confiance, bon nombre de serveurs de liste étaient plus ouverts. N'importe qui pouvait obtenir une liste des abonnés à un serveur de liste. Maintenant, c'est un peu plus difficile. Si vous voulez obtenir une liste d'adresses électroniques, abonnez-vous et, à titre de membre du serveur de liste, vous pourrez obtenir une liste, puis vous désabonner. Les serveurs de liste populaires peuvent avoir des milliers de membres.

Avez-vous déjà reçu un pourriel vous demandant de répondre en indiquant DÉSINSCRIRE dans l'objet, si vous désiriez être enlevé de la liste? En y répondant, vous indiquez deux choses. D'abord que le courriel est valide et, ensuite, que vous l'avez lu. Votre adresse est devenue plus intéressante.

Il existe des sites qui offrent des services gratuits sur Internet. Ils nécessitent que vous vous abonniez au service. À titre d'exemple, citons ICQ, un service de bavardage en ligne. Si vous vous inscrivez à ICQ, lisez bien les subtilités de l'entente que vous avez signée. N'oubliez pas : rien n'est gratuit. Si quelqu'un vous offre gratuitement quelque chose, demandez-vous « qu'est-ce que ça lui rapporte? ». Comme exception à cette règle, on peut citer les universités et les chercheurs. Ils ont tendance à être plus généreux. Après tout, Internet est le fruit de la coopération et du partage entre les universités.

Nombreux sont les endroits qui ont un annuaire de leurs employés en ligne. Ça sert à faciliter la tâche aux utilisateurs éloignés qui désirent communiquer avec eux. Les polluposteurs adorent ça. Nous avons reçu au moins deux pourriel un peu différents des autres. Notre annuaire en ligne était consulté et utilisé pour adresser directement une liste de pourriel. Dans l'un des cas, Michael Chessman s'est servi de terminaux d'accès public dans des bibliothèques de Ryerson, à l'Université de Toronto et à la Bibliothèque publique de Toronto pour nous envoyer son pourriel politique. Dans un autre cas, un site en Australie a passé au peigne fin toutes nos pages Web pour y trouver des adresses électroniques et a envoyé une page Web pour adultes à des centaines d'utilisateurs.

Par le passé, nous avions deux types de renseignements : privés et publics. Nous en avons maintenant un troisième : Internet. Ces nouveaux renseignements sont facilement accessibles à des millions d'individus et peuvent être récoltés par une machine. Prenons un exemple. À l'Université, notre annuaire imprimé n'a jamais été considéré comme étant privé. En fait, nous le donnons gratuitement. Quiconque en veut une copie n'a qu'à nous écrire et en faire la demande. Il existe une grande différence entre cela et la possibilité pour des millions de gens d'obtenir des listes contenant les adresses électroniques de tout le monde. Pensez-y à deux fois et demandez-vous si vous voulez que votre adresse électronique soit accessible par le biais d'Internet. C'est une arme à double tranchant.

Il existe des robots qui sillonnent Internet, à la recherche d'adresses électroniques dans toutes les pages Web. J'ai ouvert un compte. Ce compte n'a jamais servi à quoi que ce soit. J'ai mis cette adresse électronique sur une page Web. Une page Web des plus inutiles, de surcroît. En l'espace de 6 semaines, le compte a reçu des pourriels.

Est-ce que vous avez déjà entendu parler du vieux truc qui consiste à s'abonner à différents magazines en utilisant différentes épellations de votre nom? De cette façon, vous arriveriez à savoir lequel de ces magazines a vendu votre adresse. Je fais la même chose avec les comptes et les pourriel. C'est comme ça que j'ai découvert les méthodes utilisées pour récolter des adresses électroniques.

Dans un avenir proche, le pollupostage va empirer. Il va falloir que de grands changements se produisent sur Internet avant que les choses ne s'améliorent.

Que pouvez-vous faire?

Faites attention à votre adresse électronique. Ne la donnez pas sans vous poser certaines questions sur la personne qui vous la demande. Une fois que votre adresse figure sur la liste de quelqu'un, elle va y rester!

Haut de page